FrenchFuel
Triathlon

Compte-rendu Half Ironman Aix en Provence !

Matthieu4 commentaires2361 views

A maintenant J+7 du Half Ironman d’Aix en Provence, retour sur mon plus gros test sportif jusqu’à présent. Le 1er Mai, c’était le triathlon Ironman 70.3 Aix en Provence.

Si vous me suivez un peu nul doute que vous en avez entendu parler tellement je vous ai soulé sur les réseaux sociaux… En même temps l’épreuve nécessite un peu de préparation et s’agissait d’un véritable défi pour moi qui il y a encore 1 an était blessé. Avant ce triathlon je n’avais participé qu’à un seul tri, celui de Chantilly, en mode découverte et avec peu d’entraînement. Bref cette fois-ci le Half Ironman d’Aix était ma priorité sur ce début de saison !

Le Half Ironman c’est quoi déjà ? En fait c’est juste un Semi-Marathon avec un long (très long) réveil musculaire avant :). Au programme : 1.9km de natation, 90km de vélo et 21km de running. D’ou le « il faut un peu s’entraîner ». Par rapport à ma préparation je vous renvoie à l’article dédié que j’ai posté un peu plus tôt. L’objectif était de terminer autour des 5h30 et de prendre du plaisir. Les conditions climatiques n’étant pas optimales, je m’étais plutôt fait à l’idée de faire 5h45.

J-1 la pression monte

Ironman_703_Aix_transition

Contrairement à une course de running, l’avant triathlon longue distance nécessite une sacrée logistique. Entre le retrait du dossard, la préparation de l’équipement, de l’alimentation, des sacs de transitions et des dépots du matériel…. on peut vite s’y perdre et oublier la moitié des choses. Honnêtement c’est déjà un sacré test en lui même ! Le petit challenge supplémentaire à Aix c’est le fait que le parc à vélo se trouve à l’extérieur d’Aix et donc qu’il y a 2 zones de transitions différentes. Du coup le samedi je n’ai pas eu le temps de faire trop de tourisme.

En déposant le vélo à Peyrolles, je fais un tour au lac ou avait lieu la partie natation. Clairement l’eau était fraîche, très fraîche. Mais en combinaison tout est possible. Une semaine avant j’étais allé nagé en mer avec Anne dans une eau à 14 degrés donc je m’étais fait à l’idée. Je termine la préparation de mes affaires dans le logement que j’avais loué. Etape du tatouage sur le bras et la jambe avec le numéro de dossard effectuée, je n’ai pas modifié le petit rituel d’avant course que l’on a avec Anne : sushis / makis / riz.

D DAY un départ retardé

Ironman_703_Aix_Laydown

Debout 5h pour prendre le petit dej, ça pique ! 5h45 dans la navette pour se diriger vers le lac de Peyrolles. Les quelques mètres que j’ai pu faire entre mon logement et le bus sont hyper froid avec un vent de dingue. Ça n’annonce rien de bon mais encore une fois j’étais venu en warrior pour ce triple effort.

Arrivée sur la zone de départ à Peyrolles c’est la douche froide (voir glaciale) puisque le speaker annonce que la natation est annulée en raison des conditions climatiques : vent violent et glacial. Le thermomètre affiche à peine 4 degrés et un ressenti quasi négatif. Niveau sécurité la sortie de l’eau à 12 degrés aurait été très compliquée à gérer.

Du coup ça chamboule tout ! Le départ natation initialement prévu à 7h40 se transforme en un départ du parc à vélo dans l’ordre des numéros de dossard. Le mien était le 956 j’avais un départ prévu sur les coups de 9h.

90km de vélo dans le vent !

Ironman_703_Aix_ride

C’est donc dans le flou le plus total qu’allait commencer cette épreuve double et non triple. Le temps de regarder partir les pro et je file me préparer pour le départ. La dose de creme Nok sur les pieds, coupe vent sur le dos et ravitos ready ! Je prends mon beau vélo rouge et suis la foule qui part en même temps que moi. Le départ s’effectue par 5 participants toutes les 8 secondes. Derniers encouragements aux participants que je connais, je pense à Cedric avec qui j’ai roulé plusieurs fois cet hiver et Marine partie un peu plus tôt.

Tute, tute, tute… TUTEEEE (je vous jure c’était le même son que dans mario kart ^^). Et c’est parti pour 90km dans l’arrière pays aixois. Il fait froid, il fait beaucoup de vent, alors je décide de partir assez fort. J’arrive vite à me réchauffer et rentre bien dans ma course. J’atteins le premier temps de passage (30km) en 32.64km/h donc plutôt vite vu le vent. Du coup je me force à calmer mes ardeurs car il y un petit semi à courir après ! 30km/h de moyenne sur la portion suivante avant d’attaquer la partie la plus compliquée du parcours avec une bonne partie vent de face et surtout l’ascension du col du cengle. J’essaye de m’économiser, de bien m’alimenter. J’ai mangé 2 barres Clif Bar et bu uniquement de l’eau. Alors que sur la première partie de course j’ai beaucoup doublé, sur cette dernière c’est le contraire. Je garde mon rythme dans l’ascension, je mouline et je contemple le superbe paysage qui s’offre à nous. Débute ensuite une longue descente pour arriver sur Aix. Les derniers km sont en faux plat montant, j’y vais cool pour évacuer le lactique des jambes mais je me sens plutôt bien. Je boucle la dernière partie vélo sur une vitesse moyenne de 25km/h pour un total de 03:06:31 et 29km/h de moyenne. Je suis quasiment dans mon objectif de base qui était initialement de 3h (sans trop de vent) donc je suis confiant pour la suite.

On saute du vélo, on le confie à un bénévole et on s’en va chercher son sac run pour changer de chaussures. Je vous avoue que c’est un peu la panique, je perds un peu de temps à retrouver mon sac. Le transfert des semelles effectué, je prends le soin de récupérer le reste de mes ravitos et ma casquette puis c’est parti !

Now let’s run a half marathon

Ironman_703_Aix_run_2

J’étais préparé pour cette fameuse transition vélo > course à pied mais je ne sais pas si ce sont les efforts que j’ai effectué au début du vélo ou bien le corps qui ne s’est pas encore réhabitué au mouvement running, j’ai failli avoir un début de crampes au niveau du bas des quadri juste au dessus des genoux. Assez flippant au bout de quelques centaines de mètres quand tu sais que tu en as 21km à courir. Premier ravito je ne prends aucun risque je profite du micro arrêt eau + orange pour m’étirer les 2 quadri. Je repars et ça va tout de suite mieux. Je vise 1h45 donc j’essaye de me tenir à une allure de 5min/km. Vraiment pas évident à tenir pour 2 raisons : la fatigue physique déjà présente bien sur, mais surtout un parcours hyper casse-pate avec des bosses, des bosses et toujours des bosses. Sur cette boucle de 7km (à parcourir 3 fois) il n’y a pas moins de 300m de dénivelé positif !!! C’est le double du semi de Marseille couru en Mars. Peu de moment de répit car même les descentes sont éprouvantes.

Néanmoins j’arrive à garder le rythme et je boucle le premier tour dans les clous. Je me sens encore bien sur le deuxième tour sur lequel je garde l’allure. Ca se complique sur le troisième et dernier tour où les jambes se font lourdes. J’essaye tant bien que mal à me ravitailler correctement mais les enchaînements de côtes et faux plats ne m’aident pas. Je puise alors l’énergie dans le mental et dans les encouragements des spectateurs. J’ai clairement baisser de rythme malgré mes efforts mais étrangement je trouve que la course passe plutôt vite. Surement parce que j’ai déjà fait 3h de vélo avant 🙂 La ligne d’arrivée approche, je profite du bain de foule sur le cours Mirabeau pour enfin tourner à droite au niveau du rond point de la Rotonde pour me diriger vers la ligne d’arrivée. Les grimaces sont remplacées par les sourires et un sentiment de bonheur !

There is no finish line

Je franchis la ligne d’arrivée en 04:58:15 159/355 de ma catégorie d’âge ! 1h47 sur la partie running qui finalement était plus proche de 20km que 21km. Même sous de bonnes conditions je ne pense pas que j’aurais tenu mon pari avec ce dénivelé. Mais malgré tout un GRAND sentiment de satisfaction après cet effort de près de 5h. Je tire mon chapeau à l’organisation Ironman car c’était vraiment nickel du début à la fin. Surtout à la fin avec le ravito final de grande qualité : fruits frais, crêpes, gaufres, bières etc… En même temps on y met le prix au moment de l’inscription. Un GRAND merci également à mes parents et touts les supporters qui m’ont encouragés sur le parcours running. Big up à ceux qui m’ont envoyé des snaps et surtout celui qui m’a envoyé le dessin de ouf sur Snapchat ahah (à voir plus bas). Cheers à Yoann pour la superbe photo finishers et tous les autres pour les photos bien stylées ! Merci aussi à Anne qui même à 15000km de là a su comment me booster avant le départ <3.

A photo posted by FrenchFuel (@frenchfuel) on

2/3 Half Ironman

Dès le passage de la ligne et la médaille + t-shirt finisher récupérés je n’ai qu’une hâte c’est de remettre ça sur un autre Ironman 70.3 avec la partie natation. Car même si je suis hyper fier, cette médaille à un petit gout amer… Pas de nage = je ne peux pas me considérer Half Ironman.

En attendant le prochain Half Ironman, logiquement d’ici fin d’année, je vous donne rdv sur le Triathlon M Garmin Tri Paris le 29 mai ! En tout cas j’espère que ce compte-rendu vous donnera l’envie de vous lancer dans le triathlon, courte ou longue distance, pour y vivre des émotions incroyables.

Ironman_703_Aix_medalIronman_703_Aix_Dossard Ironman_703_Aix_DansledurIronman_703_Aix_Snap

Matthieu
Student in MKT/Com/SocialMedia/MGMT & Sport/Tech. Founder of www.frenchfuel.fr. Co-Founder of @HashtagKiwi

4 Commentaires

  1. Ce n’est que partie remise. la prochaine fois ce sera la bonne
    T’as des super temps ( tu me les prêtes ? ), le virus à l’air de t’avoir atteint, c’est dur d’en guérir.
    Bon courage pour Paris.

  2. FÉLICITATION !!!
    J’attendais ce compte rendu avec impatience, et tu m’a contaminé, je me lance dans l’aventure half iron man. Bonne chance pour Paris

Répondre