FrenchFuel
CrossfitRunning

Compte-Rendu : Reebok Spartan Race Beast Morzine

Matthieu1 commentaire474 views
IMG_8100

Tough, dénivelé monstre, je vous raconte aujourd’hui l’une des courses les plus dures à laquelle j’ai participé début juillet. Zoom sur la Reebok Spartan Race Beast Morzine, ses 23km, 35 obstacles et le dénivelé qui va bien !

Pas forcément un objectif en début de saison, je me suis laissé tenter par l’aventure Spartan Race à Morzine afin d’accomplir la « Trifecta » = courir (et terminer) 3 courses Spartan Race, sur les 3 distances proposées, sur une même année. J’avais couru une Sprint cet hiver à Valmorel et plus récemment la Super de Paris. Il restait donc la Beast… comprenez la plus longue version. Je ne vous refais pas le topo des 30 burpees à faire pour chaque obstacle manqué, vous commencez à connaitre 🙂

A photo posted by FrenchFuel (@frenchfuel) on

Comme toujours l’objectif était de bien figurer, de prendre du plaisir et ne pas se blesser. Mais en plus de cela, j’ai eu la super cool opportunité de courir pour la marque Reebok en prenant en main leur compte Snapchat ! Coque iPhone waterproof OK, il était temps de snaper et de se diriger vers la ligne de départ. Un départ le samedi matin en vague compétitive pour cette Beast.

GOOOOO ! C’est parti pour la grande course. Tout de suite dans le bain avec les premiers obstacles à franchir. On prend une douche froide lors des première traversées de rivières… Mais c’est le jeu, ça motive encore plus à se bouger ! J’enchaîne foulées, snaps, obstacles, snaps. Je m’en sors bien sur les premiers km. J’échoue sur le mur d’escalade à 50cm du but ! Argh !!!! 30 burpees pour faire monter le cardio et ça repart. 

Après 6km de course, on attaque les montées dans la montagne. Je check ma montre et je vois moins de 200m de dénivelé positif alors qu’on en annonçait 1300D+. Comment dire… le reste de la course va piquer ! Ceux qui voulaient de la côte sont servis : un premier chemin d’environ 1km nous mène vers un « mur » ! Vous voyez les remontées télésièges entre 2 forêts ? Et bien on tire tout droit vers le haut à travers les fougères. Impossible de courir sur la plus grande partie, on doit parfois même utiliser les mains pour ne pas glisser. La montée continue alors que l’on passe quelques obstacles. Mais clairement le plus grand obstacle est se dénivelé de dingue. 

IMG_8166

On arrive alors sur un plateau. Ma Polar v800 affiche 800D+ environ. Je me sens pas trop mal, j’ai plutôt bien grimpé, doublant plusieurs participants. Petite session de natation dans un mini lac pour étendre tous mes talents de triathlète puis on entame une première descente. Etrangement c’est cette partie qui me donnera le plus de mal et me ralentira jusqu’à l’arrivée. Et la c’est le drame… L’obstacle des sacs de sable se profile. On attrape le sac de 20-25kg et on rebrousse chemin pour repartir vers le haut. Si ce genre d’obstacles est habituellement mon point fort sur une course plate. La ça grimpe vraiment fort, aucune idée de la durée du porté. Première montée check, on redescend pendant de longue minutes. Je commence à me sentir moins fort, et je ne suis pas au bout de ma peine. Virage à droite et ça remonte pour un bon 400-500m. Certains sont au bord de l’épuisement et font des pauses très régulièrement. Je manque de jus mais je m’accroche jusqu’au dépot salvateur du sac. Heureusement un ravito n’est pas loin derrière. Clairement je l’ai fracassé. 

Environ 16km de fait en près de 2h24. Le plus gros du dénivelé est déjà dernière nous. Il est temps de descendre vers Morzine. C’est si abrupte que les quadri prennent cher. J’essaye de faire très attention à ne pas me blesser. Je n’oublie pas les snaps pour Reebok en partageant images du paysages, des obstacles et mon ressenti. Une petite pointe au dessus de mon genoux gauche me frène un peu d’en cette descente effrénée. Je vais assez lentement mais je franchis les obstacles sans sourciller avant l’entrée dans la ville. 

Il reste quelques kilomètres et des obstacles emblématiques de Spartan Race. Tout est ok, dernier passage dans l’eau avant les redoutables Monkey Bars ! Je tente une stratégie en prenant mon temps et marquant des poses en me reposant sur mes avant bras puis après près de 4h de course je flanche (là aussi) à 50cm de la cloche. Bim 30 burpees de nouveau… J’étais à la fois dégouté et creuvé. La délivrance arrive après avoir sauté par dessus du fameux feu de bois Spartan. Ma Polar V800 m’indique 3h19 (auto-pause activée donc beaucoup plus en officiel). 4h04 et une 132ème place en officiel sur plus de 800 finishers. Pas trop mal au final même suis j’aurais préféré rentrer sous les 4h.

Médaille et t-shirt finisher mérités ! Il est temps d’aller se restaurer après cette course incroyable mais éprouvante. Heureusement que le paysage alpin était là pour en mettre plein la vue !

« TRIFECTA » en poche, j’ai donc terminé cette année Reebok Spartan Race par une des courses les plus dures et intenses. Un super moyen aussi de mettre les pieds dans une course type Trail. Beaucoup de plaisir et l’envie de retourner en montagne pour remettre ça. Pour ce qui est de la suite, un peu de repos cet été. Je vais essayer de faire un Triathlon d’ici fin aout, début septembre mais pas d’autres courses. Car la rentrée sera chargée avec 2 gros mois en septembre-octobre. Excellent été à tous. Restez motivés avec le challenge #DubndiduFFsummer qui s’étale sur juillet-aout ! Et n’hésitez pas à me dire comment vous avez trouvé la story snapchat de la course pour ceux qui ont suivi.

A photo posted by FrenchFuel (@frenchfuel) on

IMG_8169

IMG_8310

Matthieu
Student in MKT/Com/SocialMedia/MGMT & Sport/Tech. Founder of www.frenchfuel.fr. Co-Founder of @HashtagKiwi

1 Commentaire

  1. Bonjour Matthieu,
    merci pour ton article sur Morzine, ça donne une belle idée de la course.
    De mon côté 2017 devait être une année trifecta, je me prépare depuis octobre 2016 (6h par semaine) mais je me suis blessé.
    J’aimerais profiter de ton expérience pour m’aider à répondre à une petite question qui me trotte dans la tête.
    Je m’étais inscrit à la Beast de Morzine pour cette année mais depuis 10 semaines je ne peux plus m’entrainer à cause d’une épicondilyte fissuraire et mon médecin me dit que dans le meilleur des cas (sans certitude) je pourrais être guéri d’ici 15 jours soit 1 semaine avant la Beast de Morzine. Pense-tu que cette course est réalisable après presque 3 mois sans entrainement et juste après cette blessure ?
    Ou est il préférable de la reporter ? La course à quand même l’air assez éprouvante…
    A cause de cette blessure, j’ai déjà demandé le report de la Super et de la Sprint de Paris, car je n’ai pas pu participer…
    Déjà merci pour ton retour, et belle continuation pour ton site

    José Nicolas

Répondre