FrenchFuel
Triathlon

Compte-rendu Triathlon du Salagou L : de l’eau fraîche à la fournaise !

Matthieu1 view
Salagou-34

Retour sur mon dernier TRI. Le premier de la saison et c’était du costaud ! Le Triathlon du Salagou Longue Distance est une superbe course. Récit ci-dessous.

En plus d’être mon premier triathlon en 2017, celui-ci avait une saveur particulière car il se trouve tout proche de Montpellier là où j’ai grandit. Au-delà de ça le Lac du Salagou est un lieu magique aux airs marsiens. C’es donc avec beaucoup d’envie que je reprenais du service après le Half Ironman de Miami. Presque une distance Half puisque le programme était : 1.8k/80k/18k.

Si comme à Miami la chaleur était de la partie, le dénivelé positif était aussi un gros facteur supplémentaire sur le vélo. Pas mal de dénivelé sur le run qui était quasi en mode trail. En revanche, la température de l’eau (19-20) était idéale pour la nage.

Fin de prépa pas idéale

Pas de bobo particulier avant ce tri. Une forme générale plutôt bonne. Un très bon travail en natation sur les 2 derniers mois avec des progrès indéniables. Niveau vélo c’était correct mais sans plus car notre déménagement nous a pris beaucoup de temps et d’énergie sur le dernier mois. Je n’ai donc pas pu m’entraîner comme je le voulais sur Bike et Run. Côté running je suis un peu resté sur des acquis (déjà pas bien ouf) sans faire vraiment de volume. Je n’avais même pas fait de sortie longue…. c’est pour dire LOL.

Néanmoins l’expérience accumulé et une bonne capacité à gérer les enchaînement m’ont permis de partir sans trop de stress.

Jour j au Salagou

Réveil 6h45, il fait déjà très chaud sur Montpellier. La journée s’annonce pas loin d’être caniculaire pour un 10 juin. Mais vous savez quoi, ce n’est pas ça qui va m’arrêter. Direction le Lac du Salagou avec Alex (aka @velochinois) qui participait aussi au Longue Distance.

A post shared by FrenchFuel (@frenchfuel) on

On arrive sur place, retrait du dossard fait rapidement. Il est temps de s’équiper et de ne rien oublier (oups) avant d’aller déposer le vélo. J’enfile ma superbe nouvelle tri-fonction TT Suit Z3r0d collection FFTRI. Tellement nouvelle que je n’ai pas eu le temps de la floquer lol. Très important : se mettre une bonne couche de crème solaire ! Equipement Swim check. Bike check. Run che… et merde mes semelles podologiques… La boulette. De quoi se taper un bon coup de flip quand tu sais que ces semelles m’accompagne dans toutes mes chaussures (sport et chill). Courir 18k sur un terrain très technique farci de cailloux ça me parait tendu mais bon pas de solutions… Il faudra courir sans semelle intérieure (ben oui tant qu’à faire).
Allez pas grave je suis un warrior, je me dirige vers le lac et j’enfile m’a combi aux côtés des 700 autres triathlètes. Je me place pas trop loin des premiers genre en 3-4ème rangée vu que j’étais assez confiant.

Swim faster than ever

10h00 c’est parti !

Ca part fort à côté de moi mais moi aussi je suis à l’attaque. Un peu de bousculade mais je suis vite dans le coup et le choix de me mettre pas très loin des devant est payant puisque je reste dans le sillage de nageurs du même niveau que moi. J’essaye de rester sur un bon rythme régulier. J’utilise fort mes bras et tente de me concentrer pour garder une nage propre techniquement. Je sens que c’est pas mal du tout et que les derniers entraînements payent ! Les passages des deux bouées se passent très bien. L’allure d’1:45/100m me parait dans les clous.

On en termine par un peu de course dans les cailloux pour sortir de l’eau. Pas super agréable pour les pieds… Par contre j’ai un souvenir de feu grâce à la Team Z3r0d qui m’a pris en photo 🙂 Je sors de l’eau en 1:33/100m à la montre. Trop content ! De quoi entamer le bike avec la patate.

Transition 1 trying not forget anything

T1 plutôt rapide. Je n’ai pas trop bataillé avec la combi. J’enfile les chaussures et tout l’équipement de réparation et c’est parti.

Up hill and fast down

Je pars assez fort pour me mettre dans le rythme. Une grosse frayeur dès le début sur une zone humide ou j’ai essayé à la fois de doubler et d’éviter un cailloux. Résultat la roue qui part, je déchausse et évite la catastrophe de juste…

Rapidement dans le bain, des portions qui grimpent se dévoilent sous les roues. Je monte au train sans vouloir me cramer. Plusieurs côtes s’enchaînent, il fait bien chaud mais le spectacle est au rdv. Magnifique parcours ! Je passe quelques concurrents mais c’est plutôt l’inverse qu’il se produit. Je ne me prends pas la tête car ce n’est pas trop mon fort. Je préfère appuyer sur le plat. C’est ensuite la plus grande ascension qui se présente. Pas des pentes dignes des Alpes mais c’est long. Arrivé en haut c’est une grande descente très rapide. A base de 70km/h ça va vite !!!

Dernière partie un peu plus roulante mais parsemée de bosses. Je choisis volontairement de lever le pieds sur les 20 derniers km. C’est à ce moment que je me suis dit « Yeah j’ai vraiment bien fait de choisir le L car le parcours vélo était génial ! » J’arrive sur la zone de transition. Je boucle la partie Bike en 2:50:17 à ma Garmin ce qui me convient très bien sur ce parcours avec beaucoup de dénivelé ! Pour infos j’avais fait 2h38 pour 90km à Miami avec 10x moins de dénivelé.

Transition 2 sun cream much needed

Je pose le vélo. J’enfile mes chaussettes. Je change de chaussures (non les semelles n’ont pas réapparu comme par magie). Et je me tartine d’une bonne couche de crème solaire car il est 13h et ça cogne sévère au Salagou !

Run in a fucking oven

Si Swim et Bike avait été top, je sais que je m’apprête à vivre 18km des plus rudes. Il doit faire 32 degrés à l’ombre sauf qu’il n’y a quasi pas d’ombre sur le parcours. Un parcours sinueux avec des bosses et des cailloux dans tous les sens. Comme à Miami je me motive avant tout grâce aux ravitos qui se profilent. Tous les 2km je prends le temps de vraiment beaucoup m’hydrater et me rafraîchir. Tant pis pour le chrono…

A la louche je dirais que je bois pas loin d’1L par ravito ^^ mais en même temps plus d’un triathlète a flanché sous ce soleil de plomb. Avant de boucler mon premier tour (9k) c’est cette machine de Pierre Dorez, qui me double sur son deuxième tour. Il finira #5 au général !

Mon espoir de Sub 5h15 s’envole sur la deuxième boucle en réduisant encore mon allure. Je débarque sur la ligne d’arrivée en apercevant Anne qui m’encourage et me prend en photo 🙂 et je passe la ligne en 5h22 à la montre. Je suis plus que content d’en finir de cette course à pieds…. Le Strava Suffer Score ne ment pas : 545 « EPIC » LOL.

Au final je boucle ce Triathlon du Salagou L en 5:22:03 au chrono officiel ! 170/700 et 30/58 de ma catégorie.

  • 26:43 Swim
  • 2:50:56 Bike
  • 1:56:40 Run
  • T1 2’36 et T2 5’15 donc correct.

Médaille et bière de finisher bien mérités !!! Et finalement pas de douleurs suite à l’absence des semelles. Merci beaucoup à ma petite Anne qui est venue m’encourager sur la ligne d’arrivée et pour l’après course car je n’étais pas bien frais ^^. Bravo à l’orga générale, superbe event. J’ai simplement un petit bémol : départ très tard qui n’était pas super vis à vis de la chaleur… Félicitations à tous les autres athlètes engagés !

IMG_0067IMG_0036
Matthieu
Student in MKT/Com/SocialMedia/MGMT & Sport/Tech. Founder of www.frenchfuel.fr. Co-Founder of @HashtagKiwi

Répondre