FrenchFuel
Running

Compte-rendu : Odlo Trail des 6 Cols, du D+ à gogo !

Matthieu1 commentaire7 views
IMG_7698

Il y a une dizaine de jours je participais à mon vrai premier trail. Une première corsée à Val d’Isère dans les Alpes sur la course Odlo High Trail Vanoise, Trail des 6 Cols !

Après avoir bouclé mon premier marathon en avril, je voulais relever un nouveau challenge et m’embarquer dans une aventure encore inconnue. Clairement j’ai été servi !

UN MAX DE D+ SANS S’ENTRAINER AVEC DU D+

Comment préparer une course de 39km avec 3200D+ alors que tu habites dans un endroit presque tout plat ? Pas évident. Surtout quand, en parralèlle, tu prépares aussi LetapeduTour (8 jours après). J’ai essayé de bosser en côte et de tirer profit au maximum de mes sorties avec un peu de D+. Heureusement que j’ai pu faire une belle sortie dans les calanques marseillaises histoire de me tester et de tester le matos. Mais il est vrai que lorsque tu te rends compte que tu n’as pas cumulé 2000m de D+ sur tes 80 derniers km de prépa… t’es un peu en flip ^^ Et c’est sans parler de l’adaptation en altitude vu que je suis arrivé sur Val d’Isère la veille au soir.

Une première pasta party à base de Croziflette pour me donner du courage et la course était déjà presque gagné 🙂

A post shared by FrenchFuel (@frenchfuel) on

RACE DAY

Jour-J, réveil matinal pour prendre un petit dej de l’espace, on se badigeonne de crème Nok et on ingurgite le plus important : smecta for the win. Départ prévu à 8h30. L’excellente nouvelle c’est qu’il fait super beau toute la matiné et que la température s’annonce idéale.

J’arrive sur la zone de départ. On est environ 350 à s’élancer sur ce Trail des 6 Cols. Je me rends compte alors que l’on est à peine 10 personnes à ne pas avoir de bâtons ^^ Vous savez quoi, même pas peur…. Je suis un warrior !

C’est parti à Val d’Isère. Un sentiment complètement nouveau car c’est mon premier trail mais surtout parce que je pars sans aucun objectif de chrono ou d’allure. 100% au feeling et en gestion de l’effort.

Les premiers km commencent par une petite côte pour s’échauffer avant de redescendre sur Val d’Isère et de se lancer dans une longue, longue ascention vers le passage Picheru. La course laisse très rapidement place à de la marche sur des pourcentages dingue déjà. 1000D+ à grimper sur 4.4km. Jusque là tout va bien. On bascule sur une partie un peu roulante, ravito au bord d’un lac et je grappille quelques places en courant alors que beaucoup marchent. On enchaîne sur le 2ème des 6 cols avec encore une belle montée jusqu’au col de la Bailletaz. Les paysages sont sublimes !

On s’engage alors dans une descente vertigineuse pour passer de 2852m à 1926m d’altitude en 5km. C’est à ce moment que les cuissots vont commencer à chauffer. Lourd et eu virevoltant que je suis, j’ai pris toutes mes précautions pour descendre en contrôle. Mais au km 17 j’ai tout de même vu ma cheville droite partir. Sur le coup plus de peur que de mal. Je sais qu’à chaud ça va aller. On arrive sur le ravito du Fornet pour reprendre des forces (ClifBar I love you) avant de repartir vers une longue ascension qui mène aux cols 3 et 4.

IMG_7628

Les premiers km de montée sont relativement doux par rapport à d’autres passages de la course. C’est le moment de kiffer le moment dans la forêt avant d’arriver sur le gros ravito du télésiège. Ca tombe bien il est l’heure de déjeuner et de recharger les batteries avant de s’y filer sur le Col de Pers puis l’Aiguille de Pers. Le vent choisit de montrer le bout de son nez et complique la grimpette déjà bien rude. Sur la dernière portion, même plus de chemin, on est sur de la roche un peu glissante. Mais je continue tant bien que mal jusqu’au point culminant ou l’oxygène se fait rare : 3376m. La neige est elle aussi au rdv ! Niveau km on est au 27km et après plus de 6h de course.

Trail_des_6_cols

On découvre une vue à couper le souffle avant de s’élancer dans la descente. Une descente assez ouf passée de nombreuses minutes dans la neige. On court sur les bords des pistes d’été de Val d’Isère ou la neige y est encore avec abondance. Ca fait du bien aux jambes ! En revanche les quadris sont de plus en plus sollicités et commencent à souffrir. C’est avec plaisir que j’arrive au prochain ravito pour récupérer. Un moment aussi pour me rebooster en voyant les copains Christelle aka @lecanardivre et Mehdi aka @mehditetard venus m’encourager (eux couraient le 18km du lendemain).

Pas le temps d’avaler une tranche de saucisson qu’un méchant orage éclate ! C’est le début d’un orage de grêle qui va durer plusieurs minutes. Je m’abrite et enfile mon kway Odlo (on est bien content qu’il est obligatoire). J’attends que ça se calme mais rien y fait, je repars 5min après pour une courte mais très raide ascension. La grêle se fracasse contre mes jambes. J’en avais bien besoin pour grimper la Montée du Tunnel de Lessières : 1km à 17% de moyenne LOL. Certains passages se rapprochent plus de l’escalade que du running.

Arrivée en haut, on sort du tunnel et en avant la descente. J’essaye de faire hyper attention à mes cuisses et à ma cheville. Clairement je me fais pas mal doubler sur cette portion mais l’objectif est d’arriver au bout en un seul morceau. Dernière petite difficulté avec le Col de la Madeleine mais la plus dure des portions reste à venir : 3.8km à -20% pour descendre sur Val d’Isère. En plus d’être assez fatigué de façon générale, j’ai vraiment les quadris qui me font un gros fuck ! Je serre les dents et descends plus lentement que jamais. La cheville droit déjà fragilisé retourne une dernière fois pour le fun :/ Ce n’est pas grave la fin approche !

Sur les 300 derniers mètres de plat j’arrive à remettre un dernier coup de collier pour franchir la ligne d’arrivée la tête haute.

En un peu plus de 8h30 je boucle mon premier trail ! Une délivrance pour les jambes mais une grande satisfaction. J’ai pris énormément de plaisir à découvrir ces chemins et cols alpins. Petite déception de ne pas me voir passer une médaille autour du cou… 39km quand même brodel ! ^^ mais une place de 101ème me réconforte 🙂

Rincé j’ai pour la première fois fait appel aux Kinés pour un massage des quadris et mollets ainsi qu’un bon strap à la cheville. L’attente fût longue mais je n’ai pas regretté 🙂 Le resto et les bières régénératrices feront le reste du boulot. Infos et résultats sur le site officiel : high-trail-vanoise.com.

N’hésitez pas à partager vos impressions de trailers. Merci de me confirmer que pour vous aussi ce sont les descentes les plus éprouvantes musculairement.

IMG_8245IMG_7693IMG_7686IMG_7725IMG_7637

Matthieu
Student in MKT/Com/SocialMedia/MGMT & Sport/Tech. Founder of www.frenchfuel.fr. Co-Founder of @HashtagKiwi

1 Commentaire

Répondre